Carrière de Montmaurin ; un rapport décisif ?

mardi 1er novembre 2011

LA GAZETTE DU COMMINGES n°200 - 12 octobre 2011.

Montmaurin Les fouilles de trop pour le projet de carrière ?

Carrière de Montmaurin ; un rapport décisif ?

Suite à un rapport, les représentants de l’Etat demandent à l’exploitant de la carrière de financer des recherches archéologiques « significatives » avant de pouvoir utiliser le site. Un tournant, qui pourrait pousser
l’exploitant à abandonner le projet ?

Cela aurait pu être la dernière étape avant l’exploitation de la carrière de
Montmaurin, il pourrait s’agir en fait de son arrêt de mort. Avant la
réexploitation de la carrière Dufaut à Montmaurin, un diagnostic archéologique avait été prescrit. Ce diagnostic, réalisé par
l’Institut national de recherches archéologiques préventives de
210 pages, est précis, détaillé. Il
montré l’intérêt de ce site.
JPEG - 11.9 ko
Michel Vaginay, conservateur régional de l’archéologie à la direction régionale des affaires culturelles, à qui ce rapport a été remis, détaille : « Suite à l’analyse
de ce rapport, nous, les services
de l’Etat, avons prescrit une
fouille archéologique préventive.
Autrement dit, l’aménageur ne
pourra pas commencer à exploiter la carrière avant d’avoir réaliser des fouilles archéolgiques.
C’est à lui de les financer. Dans
le cas de cette carrière de Montmaurin, nous avons prescrit une
opération significative de
fouilles. » Une opération qui
pourrait prendre plusieurs mois
et s’avérer coûteuse. Et le représentant de l’Etat d’avouer : « Suite
à ce rapport, je n’ai eu aucun retour » de l’exploitant.

C’est l’entreprise Dragage Garonnais, une des « branches » de
l’entreprise Giuliani de Valentine, qui avait ce projet de relancer la carrière Dufaut. Contacté
à plusieurs reprises par la Gazette du Comminges, Pascal Giuliani n’a pas souhaité répondre
à nos sollicitations. Egalement
contacté, le maire Daniel Gaspin,
favorable au projet, n’a « plus rien
à déclarer concernant la carrière ».

Ce rapport pourrait en tous cas
marquer un tournant dans cette
affaire qui agite la commune depuis plusieurs années. La Municipalité, favorable à ce projet,
mettait en avant que cette activité économique rapporterait
12.5 % de budget supplémentaire
à la commune, ajoutant que ce
site était isolé et n’avait que peu
d’intérêt archéologique. Par
ailleurs, la commune a une histoire, les carrières y ont été nombreuses. Ce projet prévoyait d’extraire 150.000 à 200.000 tonnes
de calcaire par an.

« Unique au monde »
Les opposants se sont fortement
mobilisés depuis la naissance de
ce projet. L’un des arguments est
que le site se trouve à proximité
d’une ZNIEFF, une zone naturelle
d’intérêt écologique. L’autre
argument fort des opposants
reposait justement sur l’importance
archéologique du site. Les
associations « Adaq-Vie Save
Gesse » et « Entre Save et Seygouade
 » avaient d’ailleurs notamment obtenu le soutien
d’universitaires et d’Yves Coppens, le plus grand paléontolongue
français. Une étude récente,
menée notamment par Isaure
Gratacos, montre que la vallée Se
la Save et de la Seygouade a conservé
« toutes les étapes de l’Histoire
de l’Humanité depuis
300.000 ans ». Lors d’une visite
du site, en mars dernier, et dans
une étude publiée dans la Revue
des Etudes du Comminges, la
professeur d’Histoire expliquait :
« Toutes les étapes sont rassemblées
ici, depuis le moment où un
être qui se tenait debout sur ses
pattes de derrière acommencé à
tailler quelques cailloux. C’est ce
que nous avons découvert avec
Georges Jauzion, ancien président
de la fédération française
de spéléologie, avec qui nous faisons
l’inventaire des cavités de
la vallée. Cela en fait un lieu unique
au monde » A la suite de cette
étude, une délégation composée
notamment d’Isaure Gratacos,
de l’historien René Souriac ou
encore dubilogiste Marcel Delpoux
était reçue par le sous-Préfet
Bernard Bahut. Celui-ci a fait
remonté les informations à la
Préfecture, qui a donc ordonné
ce diagnostic archéologique.
Sans revenir sur l’arrêté préfectoral
autorisant cette exploitation
pris en avril 2009, les services
de l’Etat donnent incontestablement
un sérieux coup
d’arrêt à ce projet.

Christophe Zoia


LA GAZETTE DU COMMINGES n°200 - 12 octobre 2011.


Commentaires

Logo de D-Day
Carrière de Montmaurin ; un rapport décisif ?
mardi 13 décembre 2011 à 00h08 - par  D-Day

Perso je regrette un peu que le côté ZNIEf ait si peu pesé dans la balance.
Mais l’heure est au soulagement tant pour la nature que pour la richesse archélogique de l’endroit et c’est probablement tout ce qui compte.
Quel plaisir de découvrir cette nouvelle ce soir !

Sites web de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Mars

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois